Les aliments hyperglycémiants (apportant trop de mauvais sucre)

Il est capital de classer les sucres en :

  • Dangereux, à exclure, quant ils sont hyperglycémiants, sécréteur d’insuline et favorise le stockage gras.
  • Tolérables, à consommer avec modération, quant ils sont peu hyperglycémiants et non sécréteurs d’insuline.
    Le principal facteur de sécrétion de l’insuline est le taux de sucre dans le sang, lui-même lié à la prise d’aliments hyperglycémiants.

    • Ils apportent des calories d’autant plus facilement qu’ils sont peu rassasiants;
    • L’hyperglycémie engendre de l’insuline;
    • Ils fournissent du glycérol et de l’énergie nécessaire à la transformation des acides gras en triglycérides ou graisse de réserve;
    • Ils fatiguent le pancréas qui s’épuise à sécréter de l’insuline (risque de diabète);
    • Ils entraînent des à-coups glycémiques et donc par réaction insulinique excessive, des hypoglycémies. C’est à dire que le taux de sucre dans le sang baisse considérablement. Cela s’accompagne de signes désagréables (fatigues, sueurs, malaise, source de grignotage).

Il faut les éviter à tout prix :

Tous les produits ayant un goût sucré :

Sucre, miel, confiture, chocolat, bonbon.
Tous les produits contenant de l’amidon raffiné : riz blanc, pâtes blanches, purées en sachet, pomme de terre, maïs, pain blanc.

Les fruits particulièrement sucrés :

Banane, fruits secs…
Certains légumes contenant de l’amidon : betterave, carotte, petits pois…

Attention aux sucres ajoutés ou cachés.
Par exemple :

  • L’apéritif même amer
  • Le soda bu en dehors du repas, des repas
  • Les sirops de l’après midi
  • Le ketchup
  • La bière
  • La saucisse de Strasbourg

Liste des Aliments hyper-glycémiants (mauvais)

Parmi les sucres :

  • Le sucre de table
  • Pâtisserie, gâteau, biscuits, glaces …
  • Friandises, sucreries, confiture, miel …

Parmi les fruits : ceux qui sont riches en sucres

  • Banane
  • Raisin
  • Fruits secs (abricots, dattes, figues..)
  • Kiwi
  • Pastèque
  • Fruits aux sirops
  • Compote
  • Jus de fruits en brique

Parmi les céréales : celles qui sont purifiées (de couleurs blanche)

  • Pain, biscotte
  • Riz
  • Pâtes
  • Farine
  • Maïs
  • Semoule
  • Pâtes feuilletée, brisée, sablée, pizza du commerce, tarte flambée
  • Frites, chips, pommes noisettes ou dauphines
  • Pain blanc, viennois, brioché, grillé du commerce, pain de mie, biscotte, cracotte, pain suédois
  • Céréales de petit déjeuner sucrées, au miel, au chocolat, aux fruits, Muesli

Parmi les légumes : ceux qui sont riches en amidon

  • Pomme de terre (frites, chips..)
  • Dérivés de la fécule
  • Carotte
  • Betterave
  • Légumes cuisinés et potages du commerce

Parmi les aliments glucido-lipido-protidiques :

  • Les produits finis sucrés (barre chocolatées, crêpes)
  • Les fruits secs
  • Lait entier, aromatisé, concentré sucré ou non
  • Yaourt velouté, bulgare, à la grecque, nature sucré, aux fruits, aromatisé, à boire
  • Fromage blanc, faisselle, petits suisses natures ou aux fruits/aromatisés = à 20 % MG
  • Fromages fermentés = à 45 % MG
  • Dessert lactés, crèmes, flans, mousses,
  • Entremets du commerce

Il faut :

Les associer systématiquement à d’autres aliments (protéine, des graisses) pour freiner la tendance hyper glycémique, jamais en consommer seul !

Par exemple si l’on mange une pomme à 16h il faut l’associé à un yaourt pour réduire l’index glycémique de la pomme . Le pancréas répond rapidement aux variations de sucre dans le sang et avec excès. Ainsi les « pics » glycémiques dus aux sucres, confiture, miel, purée mousseline… Consommés seuls et en abondance entraînent des sécrétions brutales et considérables d’insulines. A la longue, le pancréas s’emballe, répond de plus en plus vite, fort et de façon inappropriée. Ce phénomène retentit alors sur le stockage des graisses ingérées et donc sur la cellulite.

A l’inverse, des glucides peu hyper-glycémiants (pain complet, purée maison…) associés à des aliments fibreux, ingérés au cours d’un repas ont une influence minime sur la sécrétion d’insuline.

En abaissant judicieusement par le choix alimentaire des sucres la sécrétion insulinique du pancréas, celle-ci revient à la normal au bout de quelques mois.

Grignotez-vous entre les repas ?

Ce comportement aboutit à des sécrétions inappropriées de l’organisme. L’absorption de graisse et de sucre seul entre deux repas (à jeun) entraîne une sécrétion massive d’insuline et on retrouve dans le sang le trio : sucre-graisse-insuline. Qui peut être trop brutal pour le pancréas. Il se fatigue à sécréter de l’insuline (donc risque de diabète)